Un camp d'été, très Silicon Valley

Mon fils a adoré ce camp d’été américain, et je l’ai aimé encore davantage, car ne m’ont pas échappé ses spécificités éclairées et surtout combien ma progéniture semble s’y être enrichi. Il s’est senti libre et respecté dans ses idées, poussé à s’améliorer dans une ambiance un peu dingue, avec des chants farfelus,  des encadrants vêtus de façon très créative, et un chef de camp déambulant en permanence avec un poulet en plastique sur la tête…

 

Outre le fait que les enfants s’amusent en fabriquant des objets incroyables, ils renforcent leur confiance en eux, se centrent sur leurs ressources personnelles, apprennent à collaborer en bonne intelligence et dans le respect d’autrui. C’est le camp chouchou des parents de la Silicon Valley, et pour cause, il y souffle un esprit très entrepreneur nouvelle génération, d’ailleurs Galileo se présente comme un camp d’innovation.

A chaque semaine son thème, de la conquête de l’espace au pont de San Francisco. Selon les âges, le programme est différent, les plus jeunes construirons par exemple un chariot en matériaux recyclés, quand les plus âgés apprendrons à coder pour réaliser leurs propres jeux vidéo, ou à construire un kart de leurs propres mains. 

 

 

A partir de 8 ans, les enfants peuvent choisir un camp spécialisé : Cuisine moléculaire, Ingénierie et Bricolage, Minecraft, 3D, Bio-technologie, Art et Design, Mode….

Quelque soit le camp, les programmes sont savamment pensés, derrière chaque activité il y a une idée, un message que les instructeurs tentent de faire intégrer à leurs recrues. A longueur de semaine, les enfants répètent le moto du camp, cinq notions clef, évidemment, dit comme cela , cela fait un peu bourrage de crâne, mais en fait c’est subtilement fait, afin que les campeurs s’approprient le moto, le comprenne profondément, et le fasse leur. 

 

 

Les principes de Galileo

 

Je suis visionnaire,

Je visualise un monde meilleur

J’imagine des choses qui n’existent pas encore

Je crois en ma capacité à transformer les idées en réalité.

Je suis courageux,

Je ne crains pas de faire part de mes idées

Je me pousse à essayer de nouvelles choses

J’accepte les challenges

J’ai l’esprit d’équipe

Je valorise les perceptions de chacun

Je construis sur les idées des autres

J’utilise ma force pour soutenir le travail des autres

Je suis déterminé,

Je persévère jusqu’à ce que j’atteigne mes objectifs

J’accepte que les revers puissent être des occasions d’apprendre

Je sais que l’innovation et la maîtrise requièrent beaucoup d’efforts

Je suis réfléchi

Je prends le temps de réfléchir à ce qui ne convient pas dans ma conception

Je pense à comment mon travail a un impact sur les autres à travers le monde.

Je demande des retours pour m’améliorer, moi et mon travail.

 

 

Cela peut même se révéler inspirant pour les parents n’est-ce pas ?

Autre bon signe, la cohérence. Ce qui est transmis aux enfants s’applique également au personnel, et à l’entreprise.

Si vous êtes aux Etats-Unis, ou de passage pendant l’été, les camps Galileo se déroulent dans la baie de San Francisco, à Los Angeles et à Chicago.

Et même si vos enfants ne parlent pas anglais, ce n’est pas insurmontable car ils sont beaucoup dans le « faire », non pas sur des bancs à écouter des cours théoriques, et puis c’est aussi l’occasion de faire une immersion originale, quelques heures par jour…